jjoffe5_Stefan Sauerpicture alliance via Getty Images_nord stream 2 Stefan Sauer/picture alliance via Getty Images

La logique allemande du pipeline vide

HAMBOURG – Le Nord Stream 2, ce gazoduc dont la construction est en train de s'achever et qui relie directement la Russie à l'Allemagne, ne représente pas vraiment une problématique d'approvisionnement en gaz naturel bon marché. Il s'agit bien plutôt d'une problématique d'enrichissement personnel de certains et de celle de l'intérêt national des deux pays concernés.

Le gazoduc qui traverse la mer Baltique met les États-Unis et l'Union européenne aux prises avec l'Allemagne, alors que des voix de plus en plus nombreuses viennent contester la Chancelière Angela Merkel sur sa politique nationale. S'il s'agissait d'une simple affaire de molécules de gaz, ce projet n'aurait probablement jamais vu le jour. Quelles en sont donc les motivations véritables ?

Pour le savoir, il nous faut revenir en 2005, lorsque Gerhard Schröder et le président russe Vladimir Poutine ont conclu cet accord, juste avant que Schröder ne quitte son poste de chancelier. Peu après que Schröder eut cédé le pouvoir à Merkel, le géant russe de l'énergie Gazprom, qui fondamentalement est une filiale appartenant au Kremlin, a nommé Schröder président du comité des actionnaires de Nord Stream AG. En 2016, Schröder a accédé à la direction de Nord Stream 2, dont Gazprom est l'unique actionnaire.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading and receive unfettered access to all content, subscribe now.

Subscribe

or

Unlock additional commentaries for FREE by registering.

Register

https://prosyn.org/vtJ34Fofr