Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

willems4_YASINAKGULAFPGettyImages_candlevigilwithkhashoggiposter Yasin Akgul/AFP/Getty Images

Justice pour les journalistes

AMSTERDAM – Voilà plus de huit mois que Jamal Khashoggi, un éminent journaliste saoudien et critique du gouvernement de son pays natal qui vivait en exil, a été torturé, tué et démembré, dans les murs du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Tandis que les Saoudiens se sont mis en quatre pour cacher la vérité sur le sort de Khashoggi, la Turquie a lancé une enquête. Comme prévu, elle n'a rien donné de nouveau.

La Turquie n'a rien d'un défenseur crédible de la liberté de la presse : en 2018, plus de 80 journalistes dans le pays ont été sanctionnés par de longues peines de prison ou par des amendes à cause de leur travail. Mais même si l'indignation du gouvernement turc sur le meurtre de Khashoggi a été exagérée à des fins diplomatiques, le système judiciaire de la Turquie s'est conformé à ses obligations internationales d'enquêter.

L'Arabie saoudite, par contre, méprise totalement ses obligations sur ce plan-là. Sous la pression internationale, le Royaume a orga      nisé des audiences pour 11 suspects. Mais selon Agnès Callamard - Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires - ces audiences secrètes à huis clos sont plus destinées à sauver la face qu'à servir la justice.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/w61ApFsfr;
  1. guriev24_ Peter KovalevTASS via Getty Images_putin broadcast Peter Kovalev/TASS via Getty Images

    Putin’s Meaningless Coup

    Sergei Guriev

    The message of Vladimir Putin’s call in his recent state-of-the-nation speech for a constitutional overhaul is not that the Russian regime is going to be transformed; it isn’t. Rather, the message is that Putin knows his regime is on the wrong side of history – and he is dead set on keeping it there.

    1