nsofor3_SAMIR TOUNSIAFP via Getty Images_africadrcmentalhealthwomanhospital Samir Tounsi/AFP via Getty Images

Le désert de la santé mentale au Nigeria

ABUJA – Pour la plupart des Nigériens, une personne souffrant de maladie mentale est « quelqu’un qui se met à courir nu dans la rue ». C’est une idée complètement fausse, pourtant un bon 70 % des répondants d’un sondage récent sur la santé mentale — le plus important réalisé au pays depuis presque 20 ans — y croit. Et ce n’était là qu’une seule des nombreuses conceptions erronées et nuisibles dont le sondage a fait état.

Le sondage mené auprès de 5 315 personnes consultées par nos organismes — EpiAFRIC et le Africa Polling Institute — a constaté que 84 % d’entre elles estiment que les troubles mentaux étaient attribuables à la toxicomanie, 60 % lient de tels troubles à de la « faiblesse d’esprit », 54 % à une « possession par des forces maléfiques » et 23 % au « châtiment de Dieu ». Presque un tiers — 32 % — croit que les troubles mentaux sont le fait d’une malédiction familiale.

Étant donné toutes ses idées farfelues, il n’est peut-être pas étonnant que 69 % des répondants aient mentionné qu’ils ne voudraient entretenir aucune forme de relation avec une personne souffrant de troubles psychologiques — 58 % justifiant principalement cette attitude par des raisons de sécurité personnelle. Seulement 26 % des répondants envisageraient au mieux d’entretenir des liens d’amitié avec une personne souffrant de troubles psychiatriques, alors que 2 % seulement feraient affaire avec une telle personne et un maigre 1 % envisagerait de se marier avec elle. Les Nigériens sont souvent invités à vérifier s’il y a des antécédents familiaux de maladie mentale dans la famille d’un futur conjoint.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/d6XYhw7fr