zsahmed1_BRENDAN SMIALOWSKIAFP via Getty Images_ahmed georgieva BRENDAN SMIALOWSKI/AFP via Getty Images

Mettre la finance du développement au service de l'Afrique

ABUJA – Si la pandémie de la COVID-19 a démontré notre interdépendance et la multitude de maillons qui nous lient, l’invasion de la Russie en Ukraine et ses conséquences économiques ont aussi fait ressortir l’évidence qu’aucun pays ou qu’aucune région ne peut faire cavalier seul. Tous les pays sont intégrés — politiquement et par les liens du commerce et de l’investissement — dans l’économie mondiale.

Compte tenu de cette prise de conscience de plus en plus répandue, les responsables politiques de partout dans le monde repensent leur stratégie de développement durable et réexaminent le rôle des banques multilatérales de développement (les BMD). Bien sûr, ces institutions sont encore pertinentes. On peut toutefois se demander si elles sont encore adaptées à leur mission sous leur forme actuelle.

Pour déterminer comment les BMD peuvent mieux venir en appui aux pays en développement, examinons les difficultés du Nigeria, où j’ai occupé les fonctions de ministre des Finances, du Budget et de la Planification de 2019 à 2023. Pendant la pandémie, un plus grand nombre des Nigérians ont basculé dans la pauvreté et l’économie s’est mise à vaciller. La rupture des chaînes logistiques mondiales a fait chuter les cours du pétrole brut, le plus important produit d’exportation du Nigeria, faisant basculer la plus importante économie de l’Afrique en récession. L’économie a rebondi après une série de réformes, mais l’invasion de la Russie en Ukraine nous confronte maintenant aux hausses majeures dans le prix des aliments, du carburant et des engrais.

https://prosyn.org/mdxSsvTfr