nkhan1_Allison JoyceGetty Images_bangladesh Allison Joyce/Getty Images

Les pertes et dommages, une cause climatique commune

BALTIMORE – Alors que la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28) de cette année ouvrira dans quelques heures, les personnes chargées de la diriger continuent d'inspirer de l'inquiétude, voire de l'indignation. En effet, les Émirats arabes unis, l'un des plus grands pays producteurs de pétrole au monde, seront les hôtes de la conférence et le chef de la compagnie pétrolière nationale d'Abou Dhabi, Sultan Al Jaber, dirigera les débats. Mais est-ce si grave ?

Le Moyen-Orient n'est pas exactement le champion du climat de notre époque. Les dirigeants de la région ont toujours douté de la science du climat et ont souvent refusé d'aider les pays les plus pauvres qui subissent des dommages liés au climat. Mais c'est le rôle d'Al Jaber lui-même qui est le plus controversé. Comme l'a déclaré le représentant américain Ro Khanna, le fait que le chef d'une compagnie pétrolière nationale soit le président désigné d'une conférence sur le climat est une "gifle pour les jeunes activistes du climat".

Cela explique pourquoi, au début de l'année, plus de 130 membres du Congrès américain et du Parlement européen ont signé une lettre appelant à sa révocation. Pourtant, si les pays développés ont largement rejeté la nomination d'Al Jaber, de nombreux pays en développement la soutiennent ouvertement.

Les négociations mondiales sur le climat, parrainées par les Nations unies, ont pour but de maintenir les pays – amis et rivaux – en contact les uns avec les autres et de leur faire prendre conscience que, malgré nos différences, nous partageons tous une planète. Bien qu'elles tendent à être dominées par les acteurs auxquels on pourrait s'attendre – des pays développés comme les États-Unis, ainsi que des puissances montantes comme la Chine – elles constituent également l'un des rares forums multilatéraux où des questions de responsabilité historique peuvent être soulevées.

Certes, les économies avancées ne font pas vraiment le bilan de leur héritage de colonialisme violent et extractif lors des conférences des parties, même si cette histoire a directement permis leur industrialisation et toutes les émissions de gaz à effet de serre qui y sont associées. Mais, dans une certaine mesure, elles reconnaissent leur contribution disproportionnée au changement climatique. Pendant ce temps, les pays plus petits et plus pauvres se voient accorder une sorte d'autorité morale et, souvent, la possibilité d'exercer une voix politique plus importante qu'ils ne l'ont par ailleurs.

Mon pays, le Bangladesh, en est un bon exemple. Ces dernières années, le Bangladesh a été frappé par de graves cyclones et inondations, qui ne feront qu'empirer avec l'élévation du niveau de la mer. Pourtant, il ne représente que 0,4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Subscribe to PS Digital
PS_Digital_1333x1000_Intro-Offer1

Subscribe to PS Digital

Access every new PS commentary, our entire On Point suite of subscriber-exclusive content – including Longer Reads, Insider Interviews, Big Picture/Big Question, and Say More – and the full PS archive.

Subscribe Now

D'innombrables universitaires et militants bien intentionnés ont souligné ce déséquilibre, mais souvent de manière simpliste et non constructive. Je me souviens très bien avoir regardé avec effroi une climatologue occidentale raconter les effets réels du changement climatique – et, en particulier, les horreurs qui attendent les pays vulnérables – lors d'une conférence organisée en 2015 à l'université de l'Oregon. Lorsqu'elle a évoqué le Bangladesh, elle s'est mise à sangloter en répétant sa question désespérée : "Qu'ont-ils fait pour mériter cela ?" Les têtes se sont tournées dans ma direction – j'étais le seul Bangladais présent à la conférence – mais je n'ai pu que rester affalé sur mon siège, transpercé par une lance de pitié et de culpabilité libérale.

En tant qu'anthropologue qui étudie les conférences des parties depuis près de dix ans, j'ai vu les pays en développement aborder les négociations sur le climat de manière surprenante et créative. Et je peux vous assurer que le Bangladesh n'est pas aussi infortuné que l'a laissé entendre l'orateur du panel. Comme l'a fait remarquer la sociologue Kasia Paprocki, le Bangladesh, très favorable au marché, a fait de l'adaptation au changement climatique une opportunité économique. De même, l'anthropologue Jason Cons a souligné que le Bangladesh a réussi à cultiver l'image contradictoire d'un pays au bord de la ruine à cause du changement climatique et d'un pays regorgeant d'opportunités économiques.

Lors des conférences des parties, le Bangladesh s'est distingué en tant que leader sur la question des pertes et dommages. S'il n'est pas nécessaire de jouer la carte de l'émotion, il convient de rappeler que, dans des pays comme le Bangladesh, des personnes perdent déjà leur maison, leurs moyens de subsistance et leur vie à cause des effets du changement climatique. Même si le monde commence à réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre, ces pertes ne seront pas effacées.

Le concept de pertes et dommages rend les pays développés nerveux. S'ils reconnaissent que le changement climatique ne peut être totalement atténué et qu'il existe des limites à l'adaptation de l'homme et de l'écosystème, la prochaine étape logique pourrait bien être de chercher des moyens juridiques de faire pression sur eux pour qu'ils paient beaucoup plus pour indemniser les pays vulnérables au climat.

Conscient de cette situation, le Bangladesh a d'abord adopté une approche diplomatique de la question des pertes et dommages : au lieu de pousser les économies développées à assumer la responsabilité, il a préconisé des protections pour les réfugiés déplacés par le climat, telles qu'une politique de réinstallation ou une agence de coordination des réfugiés. Un délégué bangladais a participé à la création du mécanisme de Varsovie sur les pertes et dommages en 2013, et des voix bangladaises ont contribué à l'accord sur la création d'un fonds pour les pertes et dommages lors de la COP de l'année dernière.

Le Bangladesh est également membre du groupe des Like-Minded Developing Countries(pays en développement animés du même esprit), créé en 2012 pour maintenir les besoins et les intérêts des pays du Sud à l'ordre du jour de la COP. Tous les membres du groupe LMDC, du Pakistan à la Chine, n'ont pas l'autorité morale du Bangladesh en matière de changement climatique. Entendre l'Arabie saoudite, par exemple, s'exprimer sur les émissions historiques ou les problèmes d'endettement est un peu fort. Mais les pays riches du Moyen-Orient confèrent un certain poids rhétorique et politique à la cause des LMDC. Cela explique peut-être pourquoi tant de pays pauvres, dont le Bangladesh, soutiennent un hôte de la COP qui continue à courtiser les compagnies pétrolières tout en prônant l'énergie verte.

En ce sens, le leadership des Émirats arabes unis et d'Al Jaber n'est peut-être pas si éloigné des objectifs des jeunes activistes climatiques. Au contraire, l'avenir que ces militants cherchent à éviter est déjà une réalité pour des pays comme le Bangladesh. Une action efficace sur les pertes et les dommages aujourd'hui – l'action pour laquelle le Sud global se bat – servirait donc les intérêts de tous. Tout effort des Émirats arabes unis pour utiliser leur position afin de faire avancer les choses sur ce front doit être salué.

https://prosyn.org/g6o9Ysffr