lacamera1_Wang DongzhenXinhua via Getty Images_COP28 Wang Dongzhen/Xinhua via Getty Images

Seule une coopération public-privé peut accélérer la décarbonisation

ABU DHABI/BRUXELLES – Alors que les pays du monde entier ont connu des températures record l'année dernière, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a déclaré : "Nous devons transformer une année de chaleur brûlante en une année d'ambition brûlante." Mais, pour s'éloigner des combustibles fossiles et débloquer les avantages économiques de la transition verte, tels que la création d'emplois et l'accès universel à l'énergie propre, les chefs d'entreprise et les décideurs politiques doivent travailler ensemble pour traduire les engagements pris lors de la conférence des Nations unies sur le changement climatique à Dubaï (COP28) en réels gigawatts d’énergie renouvelable.

La COP28 a marqué un tournant historique dans la lutte contre le changement climatique. En se ralliant au consensus des Émirats arabes unis, les dirigeants du monde entier se sont engagés à abandonner les combustibles fossiles, à tripler la capacité de production d'énergie renouvelable pour atteindre au moins 11 000 gigawatts et à doubler l'efficacité énergétique d'ici à 2030.

Mais l'ambition seule ne suffit pas pour atteindre ces objectifs et limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C. Les gouvernements doivent investir dans des technologies renouvelables matures et compétitives en termes de coûts, qui peuvent être rapidement déployées à grande échelle. Intégrées au stockage de l'énergie à long terme, à l'hydrogène vert et à l'optimisation des systèmes, ces technologies représentent le moyen le plus fiable et le plus souple d'accélérer la transition énergétique.

Les énergies renouvelables façonneront sans aucun doute le paysage énergétique mondial dans les années à venir. L'énergie solaire et l'énergie éolienne devraient toutes deux connaître une croissance significative, tandis que l'hydroélectricité servira d'épine dorsale à la flexibilité du réseau. Par conséquent, les énergies renouvelables sont en passe de devenir la principale source d'électricité mondiale du XXIe siècle.

Toutefois, comme le souligne un rapport conjoint publié par l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) et l'Alliance mondiale pour les énergies renouvelables (GRA) en amont de la COP28, le triplement de la capacité renouvelable nécessitera une coopération entre les secteurs privé et public. Les partenariats devraient se concentrer sur des initiatives qui donnent des résultats immédiats, comme la mobilisation de financements à faible coût, l'accélération des processus d'autorisation, la résorption des retards de connexion au réseau, la réforme des mécanismes d'enchères gouvernementales pour les projets d'énergie renouvelable et la diversification des chaînes d'approvisionnement mondiales. Un engagement fort en faveur de l'inclusivité et de la participation active des économies en développement doit être au cœur de ces efforts. L'IRENA et la GRA démontrent cet engagement en collaborant aux rapports annuels commandés par la présidence de la COP28 pour suivre les progrès accomplis dans la réalisation de l'objectif de triplement de la production d'énergie et faciliter la transition énergétique.

Nous devons cependant aller plus vite, surtout si nous voulons que les progrès soient équitablement répartis dans le monde. Alors que la capacité de production d'énergie renouvelable a augmenté de 473 gigawatts en 2023, les avantages économiques de la transition énergétique n'ont pas atteint tous les pays. De manière frappante, 83 % de ces augmentations ont été concentrées en Chine, dans l'Union européenne et aux États-Unis, laissant de nombreux pays du Sud à la traîne.

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes
PS_Quarterly_Q2-24_1333x1000_No-Text

Secure your copy of PS Quarterly: Age of Extremes

The newest issue of our magazine, PS Quarterly: Age of Extremes, is here. To gain digital access to all of the magazine’s content, and receive your print copy, subscribe to PS Premium now.

Subscribe Now

En fait, le passage aux énergies renouvelables est d'une lenteur alarmante dans de nombreuses régions du monde. En Afrique subsaharienne, où plus de 500 millions de personnes n'ont toujours pas accès à l'électricité, les occasions de relever les défis du développement et de l'accès à l'énergie sont gâchées. Cette lenteur de la transition peut être attribuée en grande partie à l'absence de financement abordable, de planification adéquate et de cadres politiques et commerciaux facilitant l'adoption des énergies renouvelables. Il est révélateur que les subventions publiques aux combustibles fossiles aient atteint 1 300 milliards de dollars en 2022, soit à peu près l'investissement annuel nécessaire pour tripler la capacité de production d'énergie renouvelable d'ici à 2030.

La réforme de l'architecture financière mondiale est une première étape essentielle pour favoriser une plus grande coopération entre les secteurs public et privé dans la poursuite des objectifs ambitieux de la COP28. L'Afrique, par exemple, représente 17 % de la population mondiale mais a reçu moins de 2 % des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables au cours des deux dernières décennies, ce qui souligne la nécessité de réduire les coûts du capital et d'attirer les investisseurs privés. Le développement de pôles industriels et la mise en place de programmes de subventions pourraient également contribuer à créer des environnements propices à l'innovation et aux partenariats public-privé.

Les engagements pris récemment par les dirigeants mondiaux offrent des lueurs d'espoir. Lors du sommet africain sur le climat qui s'est tenu à Nairobi en septembre 2023, les dirigeants africains se sont engagés par exemple à porter la capacité renouvelable du continent à au moins 300 gigawatts d'ici à 2030. Cet effort vise à réduire la pauvreté énergétique et à augmenter l'offre mondiale d'énergie propre et rentable adaptée à une utilisation industrielle.

Selon le président kenyan William Ruto, l'un des principaux défenseurs de l'accord de Nairobi, la crise énergétique actuelle est "une sonnette d'alarme : les combustibles fossiles sont le contraire de la liberté, et pourtant le monde en est devenu dépendant. Nous devons nous libérer de ces chaînes". À cette fin, M. Ruto a créé le Partenariat accéléré pour les énergies renouvelables en Afrique, une alliance internationale de gouvernements et de parties prenantes dirigée par l'Afrique qui vise à accélérer le déploiement des énergies renouvelables, à améliorer l'accès à celles-ci, à promouvoir l'industrialisation verte et à renforcer la résilience des économies et des sociétés.

Les gouvernements et les chefs d'entreprise devraient tirer parti de la dynamique politique actuelle pour favoriser la coopération entre les décideurs et les investisseurs privés. Alors que les gouvernements développent des cadres politiques et commerciaux appropriés pour faciliter la transition vers les énergies renouvelables, le secteur privé – historiquement responsable de 86 % des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables – est prêt à mener la charge. Ensemble, nous pouvons assurer un avenir énergétique propre, sûr et juste. Mais, pour concrétiser cette vision, nous devons agir rapidement.

https://prosyn.org/rzFvv9Kfr