espinosa5_Joe RaedleGetty Images_solar panels Joe Raedle/Getty Images)

Pour une accélération de la révolution énergétique en Amérique latine

BONN – Le monde se trouve à un tournant critique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Soit nous accélérons radicalement la transition vers les énergies vertes, soit nous abandonnons l'espoir de limiter la hausse des températures à 1,5°C par rapport à leur niveau préindustriel. Peu de pays comprennent mieux cet enjeu que ceux d'Amérique latine et des Caraïbes (ALC).

C'est l'une des régions du monde les plus vulnérables au réchauffement. Rien que l'année dernière, elle a subi une saison des ouragans particulièrement destructrice, une vague de chaleur qui a fait de nombreux morts et une sécheresse qui a conduit à une grave crise de l'eau en Uruguay et affecté la production d'électricité d'origine hydraulique dans des pays comme l'Equateur. Selon l'agence de notation Moody, les coûts engendrés par le réchauffement climatique pourraient s'élever à 16% du PIB de la région d'ici la fin du siècle.

Mais les pays de l'ALC disposent d'un vaste potentiel pour conduire et accélérer la transition vers les énergies renouvelables. Ainsi que l'Agence internationale de l'énergie l'indique dans son premier rapport sur les perspectives énergétiques de Amérique latine, les énergies renouvelables (avec en premier lieu l'énergie hydraulique) comptent déjà pour 60% de la production d'électricité dans la région (le double de la moyenne mondiale) – une région particulièrement bien située pour développer l'énergie solaire et éolienne. L'Amérique latine dispose aussi d'énormes réserves de minéraux précieux pour la transition vers les énergies propres, notamment plus de la moitié des réserves mondiales de lithium. Elle est également bien positionnée pour devenir l'un des principaux producteurs et utilisateurs d'hydrogène vert.

Pour s'engager sur une trajectoire sans danger pour le climat, des mesures immédiates, radicales et décisives, doivent être prises, étayées par une collaboration internationale, un leadership politique fort, des partenariats public-privé efficaces et des cadres réglementaires bien conçus. Il y faudra aussi de l'argent: selon l'Agence internationale de l'énergie, la région doit doubler son financement des énergies renouvelables d'ici à 2030.

Cela permettrait de fournir un accès à l'électricité aux quelque 17 millions de personnes qui n'en disposent pas, d'éviter 30 000 décès prématurés grâce à une cuisine sans pollution et de créer un million d'emplois dans le secteur des énergies propres. Mais comme toute transformation socio-économique, la transition vers l'énergie verte risque de laisser certains groupes de côté, notamment les femmes, les communautés rurales et les populations indigènes. Pour ne pas les abandonner sur le bord de la route, les initiatives en matière de climat et les objectifs qui s'y rapportent doivent inclure les principes de justice et d'inclusion.

La transition énergétique repose aussi sur les infrastructures. En matière d'énergie, celles qui existent en Amérique latine sont destinées en grande partie à la production et la consommation d'essence et de gaz. Il faut donc étendre les infrastructures de production d'énergie verte sur terre et sur mer. Pour faciliter son stockage et sa distribution, la région doit construire des réseaux plus interconnectés. Une plus grande connectivité transfrontalière et des systèmes de stockage évolutifs sont nécessaires. Les systèmes basés sur les énergies renouvelables à travers l'Amérique latine pourront alors résister à l'intensification des effets du changement climatique.

Subscribe to PS Digital
PS_Digital_1333x1000_Intro-Offer1

Subscribe to PS Digital

Access every new PS commentary, our entire On Point suite of subscriber-exclusive content – including Longer Reads, Insider Interviews, Big Picture/Big Question, and Say More – and the full PS archive.

Subscribe Now

Le Costa Rica est un modèle à cet égard. Il est en profonde transformation afin de devenir le premier pays "zéro carbone" d'ici 2050. En 2020, la Banque interaméricaine de développement a modélisé plus de 3000 scénarios possibles pour ce pays. Dans plus de 75 % d'entre eux il devrait parvenir à la neutralité nette ou presque. Et dans près de la moitié, il ferait encore mieux, avec des émissions nettes négatives.

Les autres pays de l'ALC sont également bien placés pour réduire leur dépendance à l'égard des combustibles fossiles, décarboner leur économie et renforcer leur sécurité énergétique. Pour cela, ils doivent développer leur capacité de production d'énergie verte et améliorer son rendement. L'Alliance financière de Glasgow pour des émissions nettes zéro y contribue en collaborant avec les institutions financières locales pour renforcer le financement de la lutte contre le changement climatique dans la région. C'est un exemple de la manière dont le partenariat public-privé peut contribuer à un développement durable et à la prospérité pour tous.

Certes, les stratégies diffèrent d'un pays à l'autre. Dans les Caraïbes, le climat, la géographie et la topographie compliquent la production et la distribution des énergies renouvelables. Une production décentralisée (l'électricité étant alors produite à proximité de son lieu d'utilisation) – permettrait de surmonter ces difficultés.

L'Alliance mondiale de l'énergie pour les peuples et la planète (GEAPP, Global Energy Alliance for People and Planet) a déjà commencé à déployer cette technologie dans la région. En Haïti par exemple le GEAPP soutient la création de réseaux maillés. Ce sont des réseaux modulaires décentralisés qui permettent aux ménages de produire grâce à des panneaux solaires la majeure partie de l'énergie qu'ils consomment, tout en étant connectés à leurs voisins dans le cadre de groupes de partage de l'électricité. Combinant simplicité, accessibilité et rentabilité des systèmes solaires domestiques avec la résilience d'un réseau, ce système permet à des zones reculées de bénéficier de l'électricité à un coût pas trop élevé.

Les systèmes de stockage d'énergie par batterie (BESS, Battery energy storage systems) conçues pour stocker l'électricité provenant de différentes sources constituent une autre solution technique importante. Contribuant à stabiliser le réseau électrique et à fiabiliser la distribution d'électricité lors de la transition énergétique, cette solution peut aider les différents pays à atteindre leurs objectifs en matière d'énergie renouvelable, tout en développant leur économie et en extrayant toute une partie de la population de la pauvreté intergénérationnelle. Le marché des BESS devrait doubler d'ici 2030. Le partenariat BESS initié par l'Alliance mondiale de l'énergie pour les peuples et la planète agit pour que les avantages de cette technique bénéficient à tous, sans distinction de revenus.

Le chemin vers un avenir durable est long. Il passe par une innovation et un financement continus. Les nouvelles solutions de stockage de l'énergie et une connectivité régionale renforcée constitueront la colonne vertébrale d'une infrastructure de production et de distribution d'électricité moderne, robuste et résiliente. Ainsi que les pays de l'ALC le reconnaissent, les projets qui seront mis en œuvre doivent être conçus et appliqués avec le souci de la justice sociale et de l'inclusion des communautés indigènes.

La région Amérique latine-Caraïbes s'est engagée dans la lutte contre le réchauffement et pour la justice climatique. En s'appuyant sur des partenariats privé-publique efficaces et sur les investissements voulus dans des chaînes d'approvisionnement fortes, la région peut réaliser la révolution énergétique dont sa population – et le monde – a besoin.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

Patricia Espinosa est présidente du Conseil consultatif pour l'Amérique latine et les Caraïbes de l'Alliance financière de Glasgow pour des émissions nettes zéro, membre du Conseil mondial du leadership de l'Alliance mondiale de l'énergie pour les peuples et la planète, directrice exécutive et partenaire fondatrice de onepoint5, société de conseil en matières environnementales, sociales et de gouvernance, spécialisée dans lechangement climatique.

https://prosyn.org/Ydc7R7Kfr